Mes Bébés


Pardonnez-moi, toutes les fois, où j’aurai avorté la vie.
Tout ces enfants, venus en moi, des cinq hommes de ma vie.
J’étais trop jeune ou les papas, m’avaient déçus, m’avaient trahis.
Souvent ils me respectaient pas, de mauvais pères pour mon petit.

Bien trop risqué pour vous et moi, même si j’en aurai eu l’envie,
De vous garder, de mettre à bas, des innocents auraient subit,
Tellement de crises, de haut de bas, d’une inconstance qui détruit,
La peine que j’ai vécue en moi, d’avoir des parents ennemis.

Violence ambiante, si souvent, j’ai tant souffert, j’ai tant pleuré,
De vivre devant des modèles qui s’aimaient sans se respecter.
Puis mes amours d’hommes défaillants, qui appréciaient  me rabaisser,
Un climat peu sécurisant, pour donner vie à un bébé.

Bien trop sensible, j’ai absorbé, tout ce mal qui m’aura tant nui,
Et il aura influencé, dans mes rapports avec autrui.
Comment pouvoir donc enfanter ? Sans faire exprès, on reproduit.
J’aurai si peur de faire payer, à mon enfant, mon mal de vie.

Comment pouvoir faire un bébé, quand on est encore une enfant ?
Comment pouvoir le risquer, dans un climat si peu confiant ?
Un être qui n’a rien demandé, faut lui offrir du bienveillant,
Sens de responsabilité, le monde souffre déjà tant.

Oh mes bébés pardonnez-moi, c’était pas l’heure de vous aimer,
J’ai encore du chemin de croix, pour aimer l’humain, pardonner.
Je réfléchirai à deux fois, avant de me laisser piéger,
Par des faux amours qui sont là, pour me faire grandir, évoluer.

Oh mes bébés pardonnez-moi, j’ai tant envie de vous aimer,
Et je ne vous décevrai pas, quand enfin l’heure aura sonné.
J’aurai pour vous comme Papa, un homme bon, solide et vrai,
Un homme qui me respectera, quand je serai son même reflet.

eVa

 

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *