L’Amour de mon Rêve


Je rêve d’aimer quelqu’un, bien plus que moi-même,
Et que cette personne, m’aime plus qu’elle ne s’aime,
Un amour vrai et doux, si fort et si sincère,
Qui contre toute épreuve, resterait solidaire,
Où jamais le mensonge, ne pourrait exister,
D’une parfaite empathie, et d’un profond respect.
Un amour d’exception, amour exceptionnel,
Sans aucune destruction, un amour passionnel.

Je rêve d’aimer quelqu’un, bien plus que moi-même,
Et que cette personne, m’aime plus qu’elle ne s’aime,
Un amour qui se suffit, au reste de la terre,
Les meilleurs amis, comme des sœurs et frères,
Où personne ne domine, parfaite égalité,
Où personne ne s’abime, on ne fait que s’élever.
Un amour pur et dur, un amour courageux,
Où malgré le monde fou, on est toujours heureux.

Je rêve d’aimer quelqu’un, bien plus que moi-même,
Et que cette personne, m’aime plus qu’elle ne s’aime,
Un amour créatif, rebelle et généreux,
Ou l’on serait la muse, à chacun de nous deux,
Sur le même chemin, juste ensemble à créer,
En parfaite harmonie, ayant les mêmes pensées.
Un amour animal, un amour enfantin,
Un amour idéal, un amour surhumain.

Je rêve d’aimer quelqu’un, bien plus que moi-même,
Et que cette personne, m’aime plus qu’elle ne s’aime,
Oh grand jamais de doute, une éternelle confiance,
Tout au long de la route, notre union l’évidence.
Un amour exclusif, extrêmement fidèle,
Un amour excessif, un amour éternel.
Un amour véritable, au delà de l’égo,
Ou dans un même miroir, c ‘est l’autre qu’on trouve beau.

Je rêve d’aimer quelqu’un, bien plus que moi-même,
Et que cette personne, m’aime plus qu’elle ne s’aime,
Qu’on partage les mêmes rêves, sans la moindre concurrence,
Parfait complémentaires, chacun ses compétences,
Qu’on soit toujours d’accord, jamais un seul conflit,
Que ça coule de source, sur notre fleuve de vie.
Amour de cœur, d’esprit, un amour sans effort,
Un amour pour toujours, à la vie à la mort.

eVa

A Toi mon Etoile

J’écrirai ton portrait, d’âme-sœur chérie,
Pour te voir arriver, au plus vite dans ma vie.
Décrirai trait par trait, ton cœur et ton esprit,
Pour ensuite, te chanter et qu’agisse la magie.

Je chanterai cette chanson, pour te visualiser,
D’intenses répétitions, pour pouvoir t’attirer,
Par la force d’attraction que seront mes pensées.
La seule ombre, c’est ton nom, qui m’est encore secret.

Je te veux une personne, des plus droites et sincères,
Instinctive, animale, aussi pure que dure,
Empathique, généreuse, honnête et solidaire,
Juste, franche et entière, vénérant la nature.

Je désire que ton être, soit fort et courageux,
Solitaire, sans mal-être, calme et clairvoyant,
Confiant et à l’écoute, humble et lumineux,
Toujours rempli de doute, mais tout aussi confiant.

Je te veux fine mouche, aussi simple que savante,
Sage et philosophe, pourtant libre et rebelle,
Monogame exclusive, fidèle et rassurante,
Douce et tendre sauvage à l’âme spirituelle.

J’imagine ton être, follement charismatique,
Mais pourtant ton ego, fort bien équilibré.
Très loin de tous les vices, je te vois authentique,
Avec pour seul hic: le manque de ta moitié.

Il est plus qu’évident que tu aimes la musique,
Si par chance tu en fais, c’est un conte de fées !
Ton cœur est très sensible, parfois mélancolique,
Et tu n’as pas de gêne à devoir l’exprimer.

Je te vois dans les actes, même si tu aimes les mots.
Je te vois respectant profondément la femme.
Je te vois dans le vrai, ayant horreur du faux.
On te donne l’air discret, pour moi tout feu tout flamme !

Ton cœur préfères être seul, que mal accompagné,
Plus le temps a passé, plus il est exigeant.
A force d’expériences, tu sais bien qui tu es,
Et pour celle que tu veux, tu seras très patient.

Et si de ton coté, tu faisais le tableau,
De la femme dont tu rêves, de la seule qu’il te faut,
Il est fort évident que je pourrai y voir,
Le reflet de moi-même, dans le blanc comme le noir.

Comme ton âme est si belle, tu le seras aussi,
Comme dans tes beaux yeux clairs, on voit la vérité,
Aussi rare qu’unique, oiseau du paradis,
Tu vols haut vers moi, je te sens approcher.

Toi ma très chère étoile, je sais que tu m’entends.
Toi mon ange spécial, aussi drôle que touchant,
Toi mon saint idéal, je te souhaite ardemment !
Allons mettre les voiles, pour s’aimer hors du temps.

eVa

Gratitude

J’écris cette chanson, pour dire un grand Merci,
Pour tout les précieux dons, que tu me donnes, la Vie,
D’avoir des émotions, aussi de l’énergie,
D’avoir tant de passions, et de précieux amis,
De vivre dans une maison, où tout est si joli,
D’avoir de la raison et aussi de l’esprit.

Merci la providence, de m’avoir tant gâté,
J’ai tellement de chance, à boire et à manger,
D’avoir ma pleine conscience, de pouvoir évoluer,
De vivre ici, en France, dans la sécurité,
D’avoir tout mes sens, et une pleine santé,
J’ai tant d’reconnaissance d’être une privilégiée.

Je remercie la terre, de me donner ce nid,
Le ciel et la mer, le soleil et la pluie,
Les étoiles, la lumière, la lune, la galaxie,
L’oxygène, le bon air, les arbres et les fruits,
Beauté de tes mystères, de la pure magie,
Merci cher Univers, perfection infinie.

Merci déesses et dieux, nature et animaux,
Aux arbres majestueux, à la grace des oiseaux,
Merci force des cieux, pour les montagnes et l’eau,
Vous êtes miraculeux, incroyablement beaux.
Merci pour mes cheveux, merci pour mon cerveau,
Vos dons me sont précieux, j’honore vos cadeaux.

Merci pour ma chère voix, qui permet de chanter,
Merci pour mes p’tites mains ,qui me font dessiner,
Merci pour mes oreilles, qui permettent d’écouter,
Le bruit de la musique et aussi d’échanger.
Merci pour mon instinct qui s’est jamais trompé,
Et qu’à l’heure d’aujourd’hui, pour toujours, j’écouterai.

Merci pour mon p’tit nez qui permet de sentir,
Les fleurs ou le manger, ou les gens qu’il faut fuir.
Le goût de tes baisers, le souffle d’un soupir,
Ta nuque parfumée, l’odeur du désir,
L’amour ou le danger, le flair peut servir,
Pouvoir respirer, c’est juste pouvoir vivre.

Merci à tout mon corps, de se régénérer,
De pouvoir faire du sport, marcher aussi danser,
Merci pour les trésors que la vie m’a donné,
Ca vaut plus que de l’or que de pouvoir créer,
Merci pour tous les sorts que la vie m’a jeté,
Ce qui tue pas rend fort, l’échec fait progresser.

J’ai tant de gratitude, d’avoir des yeux pour voir,
Toutes mes aptitudes sont des réels pouvoirs,
Aimer la solitude, en paix dans mon miroir,
Je vie dans la quiétude, bien comme mal, pas d’hasard,
Changer ses habitudes, il suffit de vouloir,
Merci Vie de préludes, je te rêve pleine d’espoir.

eVa

Si on devait mourir demain

Combien de temps encore,
A devoir murmurer,
Que tu me plais si fort,
A vivre dans le secret.
Combien encore de jours,
Et de nuits loin de toi,
A cacher notre amour,
A se mentir, pourquoi ?

Comme une adolescente,
Amoureuse, envoutée,
Serai-je donc inconsciente,
De toujours te rêver ?
Tu es toi avec moi,
Ne joues pas à cache cache!
Je suis moi avec toi,
Il faut pas qu’on se gâche.

« Si on devait mourir demain, oserais-tu me prendre la main ?
Défierais-tu les normes, dans le fond loin des formes ?
Baisserais-tu les armes pour laisser nos âmes,
Etres en parfait accord, sans le moindre remords ? »

Amour, phénomène,
Toi qui nous rend vivant,
Remède qui nous mène,
A défier le temps.
La vie compte à rebours,
Osons la sans regret,
Allons vivre notre amour,
Au grand jour, pour de vrai.

N’ai pas peur de souffrir,
La peur s’est le danger,
Arrête de nous fuir,
Accepte de m’aimer.
Bien sûr que s’est risqué,
Mais tellement passionnant,
Notre amour destiné,
Est tellement inspirant.

« Si on devait mourir demain, oserais-tu me prendre la main ?
Défierais-tu les normes, dans le fond loin des formes ?
Baisserais-tu les armes pour laisser nos âmes,
Etres en parfait accord, sans le moindre remords ? »

La balle est dans ton camp,
Rapportes-la-moi en cœur,
T’es mon médicament,
Ma piqure de bonheur.
Alors qu’es-ce qu’on en fait ?
Attirées comme des aimants,
Baisses la garde s’il te plait,
On s’aiment s‘est poignant.

« Si on devait mourir demain, oserais-tu me prendre la main ?
Défierais-tu les normes, dans le fond loin des formes ?
Baisserais-tu les armes pour laisser nos âmes,
Etres en parfait accord, sans le moindre remords ? »

eVa

Pas d’Amour sans Amour

Où en est l’amour aujourd’hui ?
A-t-il encore du succès ?
Plus c’est notre ego qu’on nourrit,
Moins le « nous » n’aura d’intérêt,
Quand c’est une forme pour faire joli,
Le fond de l’amour disparaît.
Le couple est beau quand il construit,
Riche de complémentarité.
Pas un remède contre l’ennuie,
Ni une bouée pour pas couler.
Si tout seul on n’aime pas la vie,
A deux rien ne sert d’essayer!
Quand faire l’amour donne la vie,
Pourquoi faire l’amour sans s’aimer?
Pour le plaisir d’une simple nuit?
On se consomme, vite périmé!
Par besoin ou par envie?
Pour se sentir désirer?
Cette attitude nous réduit,
A n’être jamais satisfait,
Parfois à se sentir sali,
Ou juste à avoir des regrets.
On se manège, on se séduit,
Pleins d‘illusions, on est dupés,
En un seul soir on s’éblouit,
On ne sait même pas qui l’on est,
Et le lendemain on s’oubli,
Car ce n’était pas mérité,
Ou l’on se presse et l’on s’unit,
Par le besoin d’être rassuré.
Dans les deux cas c’est du gâchis,
Où l’on se perd, désabusés.
Plus on va vite, plus on détruit,
C’est plein de charme de patienter,
C’est tellement mieux quand on choisit,
D’être vraiment sur que l’autre nous plait.
La séduction est si jolie,
On a toute la vie pour s’aimer,
Séparant le corps de l’esprit,
On peut pas être équilibré.

eVa

La vrai Amour

A qui ressemblera celui que j’aimerai?
Sera-t-il blanc ou noir, sera-t-il homme ou femme?
Sera-t-il rempli de sensibilité?
Sera-t-il aussi beau qu’il aura plein de charme?
Sera-t-il assez fort pour pouvoir m’aimer?
Il faudra que son cœur sache caresser mon âme.

A qui ressemblera celui que j’aimerai?
Prendra-t-il le temps d’apprendre à me connaître?
Aura-t-il préféré d’abord mon amitié?
Pour être sur d’aimer l’ensemble de mon être.
Saura-t-il m’estimer, m’aura-t-il respecté?
Seules dans ces conditions, l’amour pourrait naître.

A qui ressemblera celui que j’aimerai?
Sera-t-il bon amant, pur amour, vrai ami?
Sera-t-il assez drôle, simple mais aussi discret?
Aimera-t-il l’aventure, aussi les jeux d’esprits?
Saura-t-il me séduire, durant l’éternité,
Comme si le premier jour n’était jamais fini?

A qui ressemblera celui que je décris?
Saura-t-il sincère et remplit d’altruisme?
Es-ce qu’il m’impressionnera, serai-je fière de lui?
Sera-t-il généreux, aura-t-il du charisme?
Sera-t-il se suffire d’une parfaite alchimie?
Nous nous reconnaitrons, par notre romantisme.

A qui ressemblera celui que j’aimerai?
Sera-t-il mon mentor, une sorte de pygmalion?
Aura-t-il une parole qu’il saura respecter?
Saura-t-il s’adapter comme un caméléon,
A mes changements d’humeur, de personnalité?
Il lui faudra m’aimer, sans nul domination.

A qui ressemblera celui que je dessine?
Où est-il caché sur cette terre immense?
Je ne suis pas pressée, souvent je l’imagine,
Et je sais qu’il m’attend, cela me donne confiance.
Je ne suis pas pressée, souvent je le devine,
Le vrai amour existe, hors de la dépendance.

eVa

J’AIME

J’aime la couleur bleu du ciel,
J’aime sourire, j’aime moins pleurer,
J’aime la couleur jaune du soleil,
Baissez vos armes, j’aime la paix.

J’aime voir quand le soleil se couche,
J’aime vivre le moment présent,
J’aime être mouillée sous la douche,
J’aime à vivre hors du jugement.

J’aime la couleur verte de la jungle,
J’aime les oiseaux libres dans l’air,
J’aime les personnes qui sont humbles,
J’aime les personnes pleines de lumière.

J’aime le vent, les arbres robustes,
J’aime l’immensité de la mer,
J’aime les choses qui sont justes,
J’aime la magie et le mystère.

J’aime cuisiner, j’aime les bonbons,
J’aime l’odeur de toutes les fleurs,
J’aime la mélodie du violon,
J’aime la musique, elle chauffe le coeur.

J’aime la liberté, la justice,
J’aime la beauté, la vérité,
J’aime les bons baisers, quel délice,
J’aime l’art, la créativité.

La la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la ……..

J’aime l’eau des cascades si pures,
J’aime escalader la montagne,
J’aime vraiment tout dans la nature,
J’aime quand c’est le gentil qui gagne.

J’aime quand on me fait des massages,
J’aime faire des blagues, j’aime rigoler,
J’aime me sentir dans les nuages,
J’aime la spiritualité.

J’aime les petites morsures d‘oreilles,
J’aime la douceur de ta peau,
J’aime le miel et les abeilles,
J’aime les ballades en bateau.

J’aime dormir, j’aime rêver,
J’aime le calme, j’aime respirer,
J’aime inventer, imaginer,
J’aime l’espoir du progrès.

J’aime autant perdre que gagner,
J’aime les leçons à en tirer,
J’aime l’expérience, la nouveauté,
J’aime grandir et pardonner.

La la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la ……..

J’aime casser les lois et les codes,
J’aime vivre dans mon petit monde,
J’aime créer une nouvelle mode,
J’aime ressentir les bonnes ondes.

J’aime voyager un peu partout,
J’aime rencontrer la différence,
J’aime parler, j’aime écouter,
J’aime ressentir la bienveillance.

J’aime vivre sans être stressée,
J’aime bien manger du chocolat,
J’aime te peindre le portrait,
J’aime la tendresse quelque fois.

J’aime danser, cela m’anime,
J’aime jouer, j’aime chanter,
J’aime ma vie comme dans un film,
J’aime la vie des contes de fées.

J’aime ton regard dans le mien,
J’aime être seule assez souvent,
J’aime les soirs où l’on boit du vin,
J‘aime à t’aimer, ca fait longtemps !

J’aime la lune et les étoiles,
J’aime la terre, la galaxie,
J’aime rêver ma vie sur la toile,
J’aime la vie en fantaisie.

La la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la ……..

eVa

Maman Printemps

Comme une fleur tu arrives au printemps,
Joyeux anniversaire ma chair Maman,
Combien d’années as tu passé pour moi,
Tout ce temps là où tu t’oubliais toi.
A me donner le goût de la peinture,
A me donner le besoin de nature,
A éveiller mes oreilles en musique,
A me conter des histoires atypiques.
Oh non maman je n’ai rien oublié,
De tout l’amour que tu as pu donner.

Comme une fleur tu arrives au printemps,
Joyeux anniversaire ma chair Maman,
Toi qui as sacrifié tes jeunes années,
A faire de ton mieux pour bien m’éduquer.
A me transmettre le goût de l’effort,
De la simplicité plus que de l’or,
A vouloir m’inculquer de belles valeurs,
Me disant la beauté est dans le cœur.
Oh non Maman je n’ai rien oublié,
De tout le beau que tu m’a inspiré.

Comme une fleur tu arrives au printemps,
Joyeux anniversaire ma chair Maman,
Combien de mois a te faire du souci,
Quand de la maison je m’étais enfui.
Si longtemps je t’aurai si mal aimé,
Malheureusement je t’ai trop fait payer.
Pardonnes moi Maman je n’aimais pas la vie,
Et la route fut longue même si je l’ai choisi.
Oh non Maman je recommencerai pas,
Quand je te fais mal, on souffre toi et moi.

Comme une fleur tu arrives au printemps,
Joyeux anniversaire ma chair Maman,
Toi belle femme, une Maman courageuse,
Forte et fragile mais jamais peureuse,
Qui ne se plaint pas et toujours souriante,
Que l’on n’achète pas, une femme battante.
Pardon Maman de t’avoir fait défaut,
En te blâmant de tous les pires défauts.
Oh non Maman je n’ai rien oublié,
De l’ensemble de tes grandes qualités.

Comme une fleur tu arrives au printemps,
Joyeux anniversaire ma chair Maman,
Toi qui d’un rien toujours bien habillée,
Toi si sensible avec tout ton passé.
Pardon Maman de t’avoir fait du mal,
De mon mal être d’écorchée bestiale,
Je suis partie des mois seule en montagne,
Pour tuer le mal et que le bien me gagne.
Oh douce Maman soit sure que c’est finit,
J’aime la vie et je te dit Merci.

eVa

Parler sans Ecouter

On aime tous prétendre, avoir tout compris,
Sur nous même, sur les autres, mais surtout sur la vie,
On a l’air insolant, si on s’observe d’en haut,
On est si arrogant, et ça sonne si faux,
Et tous ces jolis mots, qu’on revendique fort,
Ne s’appliquent que trop peu, en parfait désaccord.

« Et on parle et on parle, sans jamais écouter,
Et on parle et on parle, on fait que s’répéter,
Et on parle et on parle, sans bien trop se soucier,
Que celui qui écoute, soit entrain d’écouter. »

On aime tous se croire, être des bons conseilleurs
On rêve tous de transmettre, c’est notre ultime bonheur,
Faire enfin exister, notre être par nos idées,
En imposant à l’autre, en faisant des bébés,
Ca nous donne du pouvoir, ça nourrit notre Ego,
On a que ça pour croire, qu’on est grand qu’on est beau.

« Et on parle et on parle, sans jamais écouter,
Et on parle et on parle, on fait que s’répéter,
Et on parle et on parle, sans bien trop se soucier,
Que celui qui écoute, soit entrain d’écouter. »

On aime tous parler, sans si peu écouter,
Ce que l’on dit toujours, a bien trop d’intérêt,
Et on répète sans cesse, la même comédie,
On fait tous notre show, les grands et les petits,
Un tel besoin d’amour, ne peut être comblé,
Que par une vie d’Ego, qui nous a contrôlé.

« Et on parle et on parle, sans jamais écouter,
Et on parle et on parle, on fait que s’répéter,
Et on parle et on parle, sans bien trop se soucier,
Que celui qui écoute, soit entrain d’écouter. »

eVa

Aussi Nombreux , Aussi Seuls

https://www.youtube.com/watch?v=S2sUYQfm0Hs

Toi tu voudras me faire l’amour,
Et je ne le veux pas,
Toi tu voudras m’aimer un jour,
Et je ne le peux pas,
Car tous veulent de moi,
La même chose que toi,
Comment croire en l’amour,
Si rapidement que ca?

« Aussi nombreux sont les hommes
Qui vivent dans ce monde là,
Aussi seuls nous sommes,
A ne penser qu’a soi,
Aussi nombreux sont les hommes,
Qui cherchent dans ce monde là,
Une seule et même personne,
Pour retrouver la foi. »

Toi tu voudras me prendre,
Sous ton aile et chez toi,
Moi je voudrais me pendre,
D’être ce que je n’suis pas,
Puis tu voudras m’apprendre,
Ta vérité à toi,
Ca sera peine perdue,
Je n’écoute que moi.

« Aussi nombreux sont les hommes
Qui vivent dans ce monde là,
Aussi seuls nous sommes,
A ne penser qu’a soi,
Aussi nombreux sont les hommes,
Qui cherchent dans ce monde là,
Une seule et même personne,
Pour retrouver la foi. »

Mais toi tu ne penses pas,
A l’intérieur de moi,
Ce que tu veux de moi,
C’est simplement pour toi,
Moi qui ne pense pas,
A te prendre quoi qu’se soit,
Je suis un oiseau libre,
Toi tu me veux en proie.

« Aussi nombreux sont les hommes
Qui vivent dans ce monde là,
Aussi seuls nous sommes,
A ne penser qu’a soi,
Aussi nombreux sont les hommes,
Qui cherchent dans ce monde là,
Une seule et même personne,
Pour retrouver la foi. »

eVa